Rupture

Quand on rencontre une personne, c’est un peu comme se tenir dans l’escalier de la vie… nos expériences diffère, parfois cette personne est sur une marche plus haute, parfois sur une marche plus basse, et parfois même, nous partageons la marche. Quand je l’ai rencontré, il était là-haut sur sa marche… on a échangé, on s’est parlé, on s’est rencontré et ce qui devait arriver arriva, on a décidé de faire un p’tit bout de chemin ensemble et commencé à se fréquenter…

Il avait la sagesse des hommes ayant du vécu, la bonté innée, une ouverture et une culture à rendre jaloux, mais surtout, surtout, il semblait avoir un passé réglé. Un passé bien réglé, quoique fissuré. J’enviais son cheminement, son gros bon sens, il était si résilient, inspirant. Inspirant pour moi qui sortait écorchée d’une relation effilée et ombragée. J’en étais marquée, mais résignée à me soigner.

Il était la personne parfaite pour m’accompagner, me redonner une confiance envers les hommes, les relations. Il était bon; bon pour moi, patient, compréhensif, aimant… Il m’avait donné envie de devenir une meilleure personne. J’avais envie d’être en mesure de lui offrir le genre de relation dans laquelle lui me comblait. Tellement, telllllement que j’ai compris que mes blessures le blesseraient lui et que tant que je ne les guérissais pas, il en écoperait. Je devais lui offrir plus, il le méritait.

Malheureusement, ce qui ne devait pas arriver arriva, et ses vieilles blessures se sont heurtées aux miennes… un mal-être planait sur notre relation et j’en étais responsable. Notre belle relation, parce que c’en était une belle, était malade, et j’étais porteuse de l’odieux. Je me voyais stagner en le regardant monter l’escalier…

Parfois aimer veut dire reculer, prendre le temps de se soigner, de panser ses blessures. Parfois reculer veut dire renoncer à une personne, pour ne pas la blesser davantage, parce qu’on ne pense pas la mériter, parce qu’on craint ne lui apporter que de difficultés. Parfois on prend du recul pour guérir et mieux revenir, être capable de redonner à l’être aimé, être capable d’être aimé, être capable d’aimer…

C’est sans doute très difficile à accepter que d’être quitté pour ces raisons. C’est surement très frustrant d’aimer une personne qui fait le choix de s’aimer elle-même assez pour se respecter, s’éloigner et se soigner. C’est surement plus facile de la détester je réalise, beaucoup plus facile la mépriser je constate, que de l’aimer et faire sa part pour se soigner soi-même, sans garantie que ce sera assez pour un jour se retrouver.

Je n’avais pas anticipé être la cible de méchancetés, de malhonnêtetés, de dénigrement et d’attaques; les hostilités de la guerre quoi! Je n’avais pas anticipé être accusée d’avoir profité, froissé, niaisé, remplacé, voire même oublié… Je n’avais pas envisagé être bafouée pour avoir aimé, maladroitement j’en conviens, mais tout de même, avoir respecté l’intégrité de la personne aimée. Je n’avais pas prévu être accusée de l’avoir grossièrement abandonné, moi qui aie pourtant tout essayé pour le garder à proximité, dans mon clan protégé, privilégié.

Je n’avais pas imaginé que son passé fissuré contenait autant d’amertume, d’acidité. Mais ce que je n’avais surtout pas prévu c’est d’être en cours de guérison, montant doucement les marches, en le regardant derrière moi, me rabaisser et me mépriser, pour m’avoir respecté. En lui j’avais vu grand, un grand homme. Il m’aura appris que parfois, la grandeur est de reconnaitre notre petitesse, notre fragilité, et d’aller au-devant de soi pour s’aider soi, se guérir…

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s