Lettre à toi, l’autre femme…

Celle qui m’en veut d’aimer son homme, celle qui m’en veut d’avoir pris sa place. Celle qui me voit comme sa rivale, ce que je ne suis pas; celle qui me voit parce que ça l’arrange bien, d’être celle qui a détruit son couple…

Autant j’ai de défauts, je n’ai pas ceux dont tu m’accuses. J’ai de la bienveillance pour toi, et j’en ai, parce que j’ai été à ta place aussi. Parce que je comprends que dans une situation où une personne est si profondément blessée qu’elle en perd ses repères, personne n’en sort gagnant. Parce que je sais que toute la colère que tu projettes vers lui en ce moment est en faits de la déception, de la peine et un grand sentiment d’échec amoureux.

Autant que je voudrais lui promette que je ferai mieux, que je serai à la hauteur, autant je pelte du vent. J’ai compris y’a longtemps que nulle n’est à l’abris de cette peine; jamais! Parce que la vie nous projette son lot de défis dans la lenteur du quotidien… Parce que la vie nous trompe l’œil dans son regard… Parce que la vie nous apprend parfois si cruellement la vie.

Autant tu peux m’en vouloir, autant tu es responsable, vous êtes responsable de votre malheur; nous le sommes tous. Peut-être parce que le temps nous apprends qu’il faut prendre le temps, j’ai appris que le temps fuit. J’ai appris à mes dépends, à grands coups de déceptions et d’échecs, que quand la vie nous sert ses fruits, il faut les saisir et les déguster. C’est ce que j’ai choisis de faire avec l’homme que tu as aimé, avec l’homme que tu as quitté.

Sache que je saurai avec grâce défendre sa valeur. Où tu jugeais que je serais déçue, je saurai l’honorer. Je choisirai de l’élever à se respecter et à relancer ses projets enfouis, faute de motivation. Je lui offrirai de nouvelles perspectives à ses mille et un projets. Je l’accompagnerai dans ses nouvelles opportunités à se dépasser, à se retrouver, à s’aimer, et ça, j’en suis assurée, c’est ce que tu aurais souhaité pour lui…

En finalité, sois assurée qu’avant tout, je vais l’aimer… Je vais l’aimer comme s’il m’était prêté, ce qu’il est en réalité… Je vais l’aimer comme j’aurais dû aimer dans le passé, comme j’aurais aimé être aimé. Je vais l’aimer en toute sincérité, en toute simplicité!

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s