Sapiomonarquofile

Une année d’absence, mais ils sont toujours là, prêts à éclore. Nous nous sommes laissés sans raisons valables, laissant les cocons assoiffés. Il n’a suffit que de quelques échanges pour les humidifiés assez pour ranimer un souffle. Fragiles et déconcertées, vivantes et envieuses à nouveau, les chenilles ont repris vie.

Ces moments à refaire le monde, à imaginer la vie, à échanger rires et regards, à vivre le moment sans penser aux obligations. Quand le temps s’arrête prend tout son sens maintenant. Cette facilité, toute en douceur, est enivrante. Nous sous-estimons parfois l’importance de la réciprocité dans le lien qui unit deux personnes, mais c’est là la meilleure nourriture de l’âme. La simple vue d’une note, d’un regard, de mots ou de musique m’émoustille. Les papillons s’émancipent. La lenteur du déploiement des ailes mérite patience et importance.

Le grand Monarque parcourt plus de 4000km chaque 6 mois pour suivre sa destinée. Il rejoint son clan en affrontant obstacles et intempéries. Malgré les pertes, il avance. N’est-ce pas là une grande leçon de résilience?

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s