La reconstruction

Tu m’as jugée dès le moment où tu as su que j’étais célibataire depuis plus d’un an. Sûrement moins attirante, moins l’objet du désir des autres comme dans le temps de la sélection pour l’équipe de volleyball. Tu n’as pas été le seul à le faire. En un instant, j’avais l’impression d’être réduite à une liste de femmes moins désirables ou à éviter. Comme s’il y avait anguille sous roche. Je ne me suis pas donnée la peine d’expliquer. J’ai continué ma route. Tu (et les autres) n’étais pas libre depuis longtemps et tu nourrissais sans doute l’idée de combler le vide à nouveau alors que moi, j’ai pris le temps de me reconstruire.

Les mois ont sans doute été vides de sens pour toi, longs, voire inutiles. Les miens étaient riches. J’ai fait le plein d’expériences diverses, pris des notes sur ce qui alimentait ma flamme et sur ce qui l’étouffait. J’ai pris du temps pour moi, revu mes priorités et tu n’en faisais pas partie. J’ai solidifié mes bases et j’ai mijoté sur l’importance d’être prête avec le niveau « d’healing » nécessaire pour m’investir pleinement dans une relation qui sera réfléchie et saine. 

La reconstruction m’a permise de connaître, de rencontrer, de m’épanouir et d’avoir une sexualité active. Se reconstruire, c’est aussi de refaire la peinture désuète, redorer sa pièce intérieure et de faire place à de nouvelles effluves. Se reconstruire, c’est aussi faire de la place pour une nouvelle aventure, un nouveau départ.

La reconstruction est nécessaire.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s